5 raisons d’ouvrir un PEA

Vous souhaitez faire fructifier votre épargne de long terme (l’épargne destinée à vous constituer un patrimoine et dont vous n’aurez besoin ni à court ni à moyen terme) en investissant sur les marchés financiers ? Et si vous envisagiez d’ouvrir un PEA ? (Plan d’Épargne en Actions) ?

Qu’est-ce qu’un PEA ?

Le plan d’épargne en actions (PEA) est une forme de compte titres qui bénéficie d’avantages fiscaux. Il a été créé en 1992 afin d’encourager l’investissement en Bourse des particuliers.

Toute personne majeure domiciliée fiscalement en France métropolitaine ou dans un département d’outre-mer peut ouvrir un PEA auprès d’une banque ou d’un assureur.

Le montant total des versements d’espèces sur un PEA ne peut excéder 150 000 euros. Les dividendes et autres fruits du capital n’entrent pas dans le décompte de ce plafond.

Mais pourquoi donc ouvrir un PEA ?

1 – Pour faire fructifier une épargne de long terme

Votre épargne peut être scindée en trois composantes :

  • L’épargne de précaution : cette épargne sûre et accessible à tout moment sert à faire face aux imprévus ou à anticiper une dépense exceptionnelle. L’épargne de précaution est un prérequis avant de se lancer dans d’autres placements en vue du financement d’un projet (achat immobilier, travaux, voyage…) ou de bâtir un capital à utiliser à la retraite ou à transmettre.
  • L’épargne projet est constituée pour financer des projets tels que l’acquisition d’un véhicule, d’une résidence principale ou secondaire, un projet professionnel ou personnel exceptionnel, ou encore le financement des études des enfants.
  • L’épargne patrimoniale vise à se constituer un capital en vue d’objectifs de long terme. L’horizon de placement est lointain, ce qui autorise une prise de risque pour obtenir un surcroît de rendement. Cette épargne est la seule des trois qui correspond à une logique d’investissement.

Si vous disposez d’une épargne patrimoniale, alors vous pouvez réfléchir à l’ouverture d’un PEA. L’investissement en Bourse est en effet une option crédible pour l’épargne de long terme, d’autant plus que les taux d’intérêt sont bas et que le rendement des fonds en euros s’effondre.

Attention : Le PEA n’est pas destiné à accueillir votre épargne de précaution ou votre épargne projet.

 

2 – Parce que les actions sont la classe d’actifs qui fournit les rendements les plus élevés à long terme

Les actions, qu’elles soient détenues en direct ou au travers d’un Organisme de Placement Collectif (OPC), sont un actif (très) risqué. Les fluctuations à la hausse comme à la baisse sont importantes et en conséquence, les actions ne conviennent qu’à des placements de long terme. En effet en Bourse, aucun rendement ne peut être garanti. Même sur une durée de 10 ans, les placements en actions comportent un risque de perte. Toutefois, l’évolution de la Bourse de Paris depuis 1950 montre que plus la durée du placement est longue, moins les pertes sont fréquentes.

Contrepartie de ce risque élevé, les actions délivrent un rendement significativement supérieur aux placements sans risque sur le long terme.

Les actions sont donc un actif pertinent pour faire fructifier un capital sur le long terme.

 

3 – Parce que les taux d’intérêt sont bas

Dans un univers de taux négatifs, les actions sont un actif incontournable pour un patrimoine financier. Les obligations ne rapportant plus rien, cette situation tire mécaniquement à la hausse les actions, d’autant que les entreprises peuvent aisément financer leur développement en ayant recours au crédit (à un taux très bas). Comme la situation de taux négatifs incite les banques à prêter à des taux extrêmement attractifs aux entreprises, ces dernières ont donc la possibilité d’emprunter à un taux inférieur à l’inflation pour financer le développement de leur activité et consolider ainsi leur croissance.

Cependant, toutes les entreprises ne bénéficient pas des taux bas. Les grandes gagnantes sont ainsi sans conteste les valeurs de croissance, sociétés qui affichent une croissance régulière de leurs revenus et sont valorisées par l’actualisation de leurs cash-flows futurs. Et plus le taux d’intérêt est faible, plus la valeur actualisée est élevée.

D’autres secteurs ont également profité, mais sans excès, des taux bas, comme l’immobilier coté ou les services aux collectivités. Dans le même temps, certains secteurs ont été lourdement sanctionnés, ou simplement délaissés, comme l’automobile et les banques, dont les marges d’intermédiation se réduisent comme peau de chagrin.

En conséquence, si les actions présentent un potentiel de rendement, il conviendra d’être vigilant sur les titres à mettre en portefeuille.

 

4 – Parce que même dans un PEA, la diversification est possible

Un portefeuille constitué au sein d’un PEA sera forcément risqué puisque l’univers d’investissement se limite à des actions d’entreprises cotées de l’Union européenne et à des placements collectifs (fonds, Sicav…) investis à 75 % au moins en actions de ces entreprises.

Hormis les liquidités et parfois un fonds monétaire de repli, impossible donc au sein d’un PEA d’investir dans des actifs à faible risque.

Cependant, la possibilité d’investir dans des fonds plutôt que dans des actions en direct permet de réduire les risques (les fonds sont généralement bien moins volatils que les actions en direct).

En outre, la possibilité d’investir dans des ETF (fonds indiciels), des fonds bear (l’objectif d’un fonds bear est de monter lorsque les marchés baissent), et des fonds thématiques (différents secteurs d’activité, zones géographiques) permet une diversification qui contribue à de réduire encore les risques

Les possibilités de diversification offertes par les fonds disponibles au sein d’un PEA permettent d’ajuster le couple rendement/risque du portefeuille aux exigences de l’investisseur.

5 – Parce que la fiscalité du PEA est avantageuse

La fiscalité du PEA permet qu’après cinq années de détention, les revenus, produits et plus-values ne soient pas imposables à l’impôt sur le revenu (12,8 %). Seuls les prélèvements sociaux (17,2 %) seront dus sur le montant des gains, lors d’un retrait ou de la clôture.

Tout retrait effectué avant la fin de la cinquième année entraîne la clôture du PEA. Le gain net réalisé sera alors soumis au régime de droit commun du prélèvement forfaitaire unique (PFU) : impôt sur le revenu au taux de 12,8 %, auquel s’ajouteront les prélèvements sociaux (17,2 %) soit un taux global de 30 %.

Les retraits partiels sont possibles sans entraîner la clôture du plan s’ils sont réalisés après 5 ans. Le gain net est exonéré d’impôt sur le revenu mais soumis aux prélèvements sociaux. Les versements sont possibles après un retrait partiel dans la limite du plafond de versements.

 

Avec un PEA, vous pouvez faire fructifier votre épargne de long terme en construisant un portefeuille cohérent avec vos préférences et votre horizon temporel. Besoin d’être aidé dans l’ouverture et la gestion de votre PEA ? N’hésitez pas à contacter un conseiller financier indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *