Qu’est-ce qu’un intrapreneur ?

L’intrapreneuriat est un processus de création par un individu ou un groupe qui, en accord avec son entreprise, développe un projet viable pour celle-ci.

L’employeur permet au concepteur de finaliser son innovation au sein de la société. L’intrapreneur dispose donc des ressources de la firme qui en retour bénéficiera des retombées économiques à l’aboutissement du linéament.

Intrapreneur et manager, comment faire la différence

Le concept d’intrapreneuriat ne voit le jour, aux Etats-Unis qu’en 1976, grâce à Ginford Pinchot. Cette ébauche sera développée puis concrétisée en Suède dans les années 1979-1980 par le Foresight Group.

Le manager traditionnel se définit par des fonctions précises au sein de son organisme. Il doit à la fois prévoir et budgéter les besoins de sa société. Il lui faut organiser et coordonner ses équipes ainsi que contrôler la qualité du travail rendu. Le rôle de cet administrateur s’inscrit dans une récurrence des tâches, la réactivité et une marge de manœuvre limitée par les dirigeants.

Par opposition, l’intrapreneur se libère des contraintes imposées en étant proactif. Il augmente son degré d’initiative, ce qui le rend plus autonome. Il s’affranchit de sa hiérarchie en lui apportant une dynamique nouvelle et des perspectives innovantes pour sa direction.

Fortement impliqué dans son schéma, l’intrapreneur maîtrise mieux que son patron les tenants et aboutissants de son sujet. Il en prend donc tout naturellement les rênes.

Répercussions de l’intrapreneuriat dans l’entreprise

L’accord conclu entre l’intrapreneur et l’encadrement lui donne une grande latitude décisionnelle. Cette particularité fait partie des formations managériales et amène la question : qu’est-ce qu’un intrapreneur ? À voir sur Sciences-Po Executive

L’intrapreneur sait détecter les opportunités d’affaires qui entrent dans le champ de son plan. Il évalue les besoins en ressources humaines et les compétences requises. Dans cette optique, l’intrapreneur est capable de déceler les perspectivesd’évolution en fonction des talents des équipes.

Force de proposition, l’intrapreneur gère des structures émergentes et des projets d’intrapreunariat. Dans son cadre de travail. Il en accompagne les réaménagements et rend compte de la qualité du nouveau système tout en favorisant l’inventivité.

L’ensemble du processus modifie le socle traditionnel de l’entreprise. Celle-ci est amenée à déléguer des pans entiers de ses prérogatives afin de favoriser une cinématique de la gestion des ressources humaines.

La flexibilité acquise permet de réduire les cycles de développement et de mise sur le marché des nouveaux produits, technologiques ou commerciaux. Cette souplesse va de pair avec la capacité de chacun à agir dans le contexte d’une certaine prise de risque. Cela oblige à se former pour mieux s’adapter.

La nouvelle définition des rôles et des savoir-faire au sein de l’organigramme pose la question de la reconnaissance des qualités déployées.

Il paraît dans l’ordre des choses que l’intrapreneur, dont l’investissement personnel a eu des retombées économiques positives sur son établissement, puisse percevoir une juste rétribution.

Les modes de rémunération de ces prestations soulèvent une problématique qui se résout pour l’instant au cas par cas.

Certains grands groupes ont trouvé des accords d’intéressement sous la forme de participations dans des start-up internes faisant ainsi de l’intrapreneur un actionnaire, ce qui lui donne accès au monde entrepreneurial.

L’intrapreneur est vecteur de compétitivité. Il injecte du dynamisme et apporte une plus-value sans égale en capturant les opportunités économiques et commerciales.
Vous pouvez choisir votre formation et devenir l’intrapreneur de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *