Quels sont vos droits en matière de confidentialité des données après votre décès ?

Vous pourriez vouloir vous assurer que vos informations privées restent privées après votre décès. Nous documentons notre vie de manière numérique en permanence ; les médias sociaux, la connectivité en nuage et le partage de lieux rendent notre vie plus facile et plus pratique. Mais lorsqu’il s’agit de décès, il n’existe aucun cadre juridique pour protéger les données personnelles accumulées tout au long de la vie par ces outils. Voici un récapitulatif des données personnelles que vous laisserez derrière vous, et de ce qu’il pourrait en advenir.

À qui appartiennent nos données numériques ?

Lorsqu’il s’agit de données dont vous n’avez pas la propriété physique, ou de données que nous ne réalisons (généralement) pas que nous produisons, ce qui nous appartient devient de plus en plus compliqué.

S’il est assez facile de transmettre son fauteuil préféré (il suffit de l’indiquer dans son testament), il est moins évident de transmettre toutes ses affaires qui ne sont pas physiques. En 2016, PwC a indiqué que le consommateur britannique moyen possédait 42 livres électroniques, 40 émissions de télévision, 28 films et 2 768 chansons, autant de biens qui ne peuvent être transmis car ils existent sous forme numérique.

Mais il y a des choses qui vous appartiennent qui sont encore plus intangibles. Tout ce qui est capturé par les applications, les vidéos que nous regardons sur Youtube et le nombre de fois où nous avons « aimé » un message sont autant d’empreintes numériques laissées après le décès d’une personne.

Vos données personnelles après votre décès

Tant que nous sommes en vie, les choses sont plus simples. Des autorisations nous sont demandées par d’autres personnes, comme les entreprises et tous les cafés que nous fréquentons afin de profiter du WiFi gratuit. De plus, les entreprises ont l’obligation légale de nous dire si elles collectent des données, et nous pouvons refuser ces autorisations si nous le souhaitons.

Une personne décédée, évidemment, ne peut pas faire cela. Un cadavre ne peut pas demander à Google ou à Apple de supprimer la trace des données GPS qui, en théorie, pourraient permettre à un tiers de connaître des détails intimes sur la façon dont il a passé son temps de son vivant.

Où aboutiront vos données personnelles après votre mort ?

Alors que vos données médicales contenues dans une base de données du NHS sont effacées au bout de dix ans, il existe moins de réglementations sur ce qu’il advient, après votre décès, du type de données collectées par Google, par exemple.

Google sait où vous avez été (si vous avez activé la géolocalisation), connaît tous les signets et toutes les recherches que vous avez enregistrés ou tapés, tous les événements de votre agenda, tous les e-mails que vous avez envoyés, ainsi que toutes les applications que vous avez utilisées et dans quel but. Il n’existe aucun moyen évident de faire savoir à Google que les données dont il dispose appartiennent à une personne décédée, et l’on peut supposer qu’il traitera ces données de la même manière que lorsque leur propriétaire était en vie.

Même s’il semble que les préoccupations relatives à la vie privée s’estompent après le décès d’une personne, il est étrange de penser que les éléments de notre vie quotidienne – comment nous fonctionnons, où nous sommes allés, quelles pensées nous avons envoyées dans nos courriers électroniques, à quelle heure nous réglons nos alarmes – sont confiés à une énorme entreprise comme Google et non, disons, à un partenaire ou à des enfants.

Comment vos données personnelles pourraient-elles être utilisées à l’avenir ?

Si la loi sur la protection des données a actualisé ses dispositions pour l’ère numérique en 2018 (c’est pourquoi vous n’êtes plus bombardé par d’innombrables courriels), elle n’a pas précisé si certaines de ses dispositions s’appliqueraient aux personnes décédées.

Tant qu’il n’y aura pas de débat plus large sur la vie privée, la propriété numérique et la liberté d’information après le décès d’une personne, nous devrons imaginer l’avenir de nos données personnelles. Il pourrait être fascinant de penser à ce que les générations futures pourraient découvrir sur nous – ce qui nous semble banal aujourd’hui pourrait avoir une signification profonde pour les moteurs d’analyse et les sociologues de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *